Histoire

Izaak Enschedé et son fils Johannes établirent leur imprimerie et fonderie de caractères dans le centre de Haarlem en 1703. L’entreprise qui prit plus tard le nom de Koninklijke Joh. Enschedé, y resta active jusqu’en 1992 l’année dans laquelle elle fut transférée vers le Haarlemse Waarderpolder. Apres trois siècles d’expansion le groupe Enschedé s’étendit sur une superficie de 26.000 m2 dans des bâtiments situés Klokhuisplein, la rue Damstraat et la ruelle Nauwe Appelaarsteeg.

Dès sa fondation l’imprimerie Enschedé acquit une réputation internationale, du fait qu’elle imprima des textes religieux dans plusieurs langues et caractères: La Bible, le Koran, le Talmud et des livres de cantiques. Le journal ‘Oprechte Haarlemsche Courant’, le plus vieux quotidien du monde à un près, fut imprimé par Joh. Enschedé à partir de 1737 (et jusqu’à 1940). Outre l’imprimerie l’entreprise s’occupa également de la fonderie de caractères. Les caractères de plomb fondus dans les matrices en fer furent placés ensuite sur les presses de maints imprimeurs de l’époque. Les matrices ne furent pas simple à fabriquer et de ce fait très coûteux.
Par l’achat de multiples autres fonderies de caractères Joh.Enschedé réussit à créer une énorme collection d’estampes et de matrices. Le grand choix de types de caractères, estampes et signes lui permirent de reproduire les publications d’une façon bien finie, très soignée et d’une manière très complète.

Pendant tout le dix-neuvième siècle son identité ’’d’imprimeur spécialiste’’ s’accrut en permanence. On réalisa de belles performances dans le domaine du graphisme japonais et javanais ce qui eu pour résultat qu’en 1810 furent imprimés les premiers billets de banque pour les Indes de l’Est et les Indes de l’Ouest. Un peu plus tard, en 1814 Joh. Enschedé imprima aussi les billets pour la Nouvelle Banque Néerlandaise et en 1866 l’entreprise reçut sa première commande de la part de la Poste Néerlandaise pour l’impression des timbres postaux. A partir de 1870 suivirent les timbres postaux pour l’étranger notamment le Luxembourg, la Perse et le Transvaal.

Au vingtième siècle Joh. Enschedé continua la tradition de la création de caractères et obtint des prix internationaux comme par exemple avec la création du caractère nommé Lutetia (Jan van Krimpen, 1925). L’entreprise fit de grands investissements dans le développement des activités internationales et à la fin du siècle elle exporta vers 65 pays. Parallèlement elle maintint sa position comme imprimeur de billets de banque. Dans ce domaine les exigences furent de plus en plus contraignants, aussi bien pour ce qui fut de l’esthétique qu’au point de vue de sécurité. L’entreprise obtint la commande pour la sécurisation du système des Travellers Cheques et s’associa avec l’imprimerie de l’Etat ‘’SDU’’ pour la production de passeports et permis de conduire. Sur ces entrefaites la technologie digitale bat son plein et Joh.Enschedé acquiert également dans ce domaine différents octrois. Aujourd’hui Joh.Enschedé imprime des billets d’euro pour cinq pays, mais ceux-ci ne se fabriquent plus dans l’imprimerie Appelaar, que l’on nomme communément l’ancien groupe Joh.Enschedé.